Résultats

Le projet ILLICO se déroulera sur trois ans à partir de septembre 2018. Les résultats ne peuvent être à ce jour publiés, mais les actions sont en cours ! Cette page sera mise à jour au fil du temps afin que vous puissiez avoir accès aux résultats, au fur et à mesure.

A l’issue des 3 ans, le consortium s’engage pour :

book

1/ Réaliser une étude sur les conditions et les méthodes efficaces du développement d’un programme de pairémulation, pour la transmission de compétences de vie en autonomie.

Par l’UPEC (FRANCE) – Alexandre Ployé, chercheur et enseignant, est en charge de cette étude et de la mise en place d’un programme d’apprentissage par les pairs au Centre de la Gabrielle.

Il s’agit de co-construire avec des adultes en situation de handicap intellectuel qui ont bénéficié des services d’une institution médico-sociale (i.e. le Centre de la Gabrielle), un module de recherche-formation sur la question de la désinstitutionnalisation. Ce travail s’appuiera sur la définition de la pairémulation suivante : « une première personne handicapée, plus expérimentée qu’une seconde dans l’organisation de son autonomie, plus à l’aise également avec elle-même, avec les autres, contribue à effacer des clôtures. »

Il s’agit donc :

  • D’identifier avec des personnes en situation de handicap les savoirs expérientiels qu’elles ont construits dans leur parcours de vie, savoirs qui leur ont permis une vie plus autonome selon les critères de « l’independent living » ou de l’ « housing first »
  • De créer un module de formation avec pour objectif de transmettre l’un ou plusieurs de ces savoirs construits à d’autres personnes en situation de handicap moins avancées sur le chemin d’une vie autonome
  •  De faire vivre, accompagné par le chercheur, un module de formation par des pairs-émulateurs

L’objectif pour le chercheur, au-delà de l’aide apportée à la création de ce module, est d’analyser ce que produit un dispositif de pairémulation chez ceux qui l’animent et ceux qui en sont bénéficiaires. Quels nouveaux leviers éducatifs la pairémulation permet-elle ? A quels obstacles doit-elle faire face ?


2/Vidéoclips et formation pas à pas pour les personnes handicapées, les professionnels du médico-social et les parents sur « Comment développer des compétences de vie autonome ».

camera

Par ICSS (Bulgarie)

L’objectif est de concevoir et de tester dans le contexte de l’éducation des adultes et des services sociaux un outil méthodologique interactif centré sur l’apprenant – des clips vidéo – pour améliorer les compétences de vie autonome des personnes en situation de handicap.

Les participants en situation de handicap – en tant qu’experts par expérience – contribueront à définir le contenu des clips vidéo, la variété des formats d’apprentissage (visuel, auditif, kinesthésique), les besoins individuels, etc. Les utilisateurs seront au cœur du processus de création des vidéos, développant leurs compétences de vie autonome et communiquant également des retours critiques sur la possibilité d’améliorer ces outils. Les clips vidéo seront tournés avec une agence professionnelle et porteront sur les sujets suivants :

  • Autogestion de la santé et habitudes de vie saine
  • Gestion ménagère
  • Compréhension cognitive
  • Aptitudes sociales
  • Compétences professionnelles, au travail


peer-mentoring logo

3/ Programme et réseau de mentorat par les pairs pour sensibiliser au rôle des mentors dans le soutien à la vie autonome

Par Stewarts Care Ltd. (IRLANDE)

Développer un programme de formation basé sur le matériel existant, la recherche et les ressources du précédent projet Erasmus+ « Unlocking Freedom through adult education » afin de former les adultes ayant une déficience intellectuelle à devenir des mentors, pour d’autres adultes ayant une déficience intellectuelle. Ce programme a pour but de permettre la prise de conscience de l’individu de ses connaissances et de ses capacités en tant que mentor, ce que cela implique et ce qui est approprié pour lui dans ce rôle. 10 personnes en situation de handicap mental participeront à ce programme.

Les mentors identifieront les besoins d’apprentissage de leurs pairs et les compétences qu’ils ont acquis ; et utiliseront cet apprentissage pour mentorer d’autres adultes. Si ce programme de pairémulation sera tout d’abord mené par 5 duos, il est envisagé d’impliquer un plus grand nombre de personnes et de créer un réseau plus important de pairémulation.


book

4/ « Etude sur les obstacles, défis et les opportunités rencontrés par les membres des familles face à la déficience intellectuelle, dans le soutien pour une vie plus autonome de leur proche, notamment l’accès à un logement indépendant »

Par le Centre de la Gabrielle (FRANCE) – Sandrine Bersoux, précédemment psychologue et conseillère en insertion professionnelle pour personnes handicapées, mène actuellement les recherches nécessaires pour la rédaction de cette étude.

Le but est de permettre aux professionnels de mieux aider les familles à exercer leur rôle essentiel dans une période de transition, de la vie collective et institutionnelle, à une vie plus indépendante à l’extérieur de l’établissement. L’étude se penchera ainsi sur les représentations des familles mais également des professionnels du médico-social, afin de mieux appréhender les défis auxquels ils doivent faire face dans l’accompagnement des personnes en situation de handicap mental.


toolkitlogo

5/ « Toolkit on how organizations/service providers can develop family cooperation »

Par KVPS (FINLANDE)

KVPS en Finlande développe depuis des années des formations et des outils pour la coopération familiale. Cette formation et ces outils ont été élaborés en collaboration avec des professionnels du médico-social, des familles et des personnes handicapées. Les membres de la famille jouent un rôle clé dans la vie de chaque personne. Si une personne a une déficience intellectuelle, les membres de la famille ont souvent d’autres rôles que ceux de la mère, du père, de la sœur ou du frère : ils appuient les décisions, ils peuvent devenir avocats, tuteurs légaux, infirmières, gestionnaires, pairs aidants, etc. Souvent, ils ont une préoccupation commune qui dicte les décisions et les choix faits : qu’arrivera-t-il à mon fils/fille/sœur/frère/frère quand je ne serai pas là ? Pour les familles, il est crucial d’être en mesure de faire confiance et d’avoir une bonne coopération avec les prestataires de services qui soutiennent leur fils/fille/enfant. Les membres de la famille et les professionnels des différents services ont besoin de formation et d’outils pour mieux coopérer : ils ont besoin de plates-formes de discussion et de vision communes et c’est sur ce sujet que KVPS produira des outils utilisables par le plus grand nombre.


long terme

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close